Que faire en cas d’arrêt cardiorespiratoire (ACR)

arrêt cardiaque

Il s’agit de l’arrêt de la circulation du sang et de la respiration chez un individu. Le terme couramment utilisé est plutôt arrêt cardiaque ou arrêt circulatoire. L’arrêt cardiaque a un pronostic catastrophique mais l’amélioration de celui-ci est principalement dépendant de la mise en place d’une chaîne de soins adaptés et surtout de la réalisation immédiate par les premiers témoins d’une réanimation adaptée par massage cardiaque et de la mise en place d’un défibrillateur automatisé externe (DAE). Ses causes sont parfois évidentes : traumatisme, électrocution, noyade, asphyxie, intoxication, strangulation, hypothermie grave… parfois par le passage d’un aliment dans le système respiratoire au lieu de l’œsophage, d’où la nécessité d’inspecter la bouche après les compressions thoraciques pour récupérer le corps étranger si existant. Si l’arrêt paraît isolé (pas de traumatisme, d’hémorragie, d’électrocution, d’étouffement…), une cause cardiaque doit être évoquée. Ceci est plus fréquent chez l’adulte de plus de 35 ans, les causes non cardiaques (respiratoire) prédominants chez les plus jeunes.

arrêt cardiaque

Détecter et prodiguer les premiers soins en attendant l’équipe médicale

En présence d’un arrêt cardiaque les premiers soins sont le plus souvent administrés par des témoins de la scène qui pour la plupart ne sont pas du corps médical. Ils peuvent sauver la vie du patient en réalisant les actions suivantes:
– rechercher l’absence de conscience en posant des questions simples : “serrez-moi la main”, “ouvrez les yeux”.
– rechercher l’absence de respiration normale (poitrine qui se soulève et/ou souffle ressenti sur la joue), la libération des voies aériennes par mise en extension de la tête (bascule en arrière de la tête) et la recherche visuelle (et le retrait si possible) d’un corps étranger dans la bouche sera réalisée dans le même temps.
Ces deux seuls signes permettent de faire le diagnostic d’arrêt cardiaque et doivent faire réaliser une réanimation cardio-pulmonaire immédiate à savoir débuter les compressions thoraciques (appui au milieu du thorax).